Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le vieux palmeur
Le vieux palmeur
Visiteurs
Depuis la création 179 431
13 mars 2023

Les dépenses de ma mère Suzanne Lesquoy: carnet n°49 du 13 octobre 1960 au 27 mars 1961

Ce carnet de couleur bleue de même format que le précédent comporte 26 pages et a coûté à ma mère 22Fr au Familistère de Longuyon. Il couvre l'automne et l'hiver, les deux saisons les plus délicates à gérer financièrement puisqu'il faut chauffer notre maison du 16 rue Albert Lebrun, plus exactement la cuisine, puisque la chambre ne comporte qu'un petit fourneau rarement utilisé, si je me souviens bien. Ma mère bassine en général les deux grands lits (un pour ma mère et moi, un autre pour mes deux frères) avec des briques de laitier chauffées dans la cuisinière puis emballées dans des sacs de toile de jute. Les carreaux de la fenêtre sont couverts de givre les jours les plus froids.

Fin février, ma mère pourra enfin acheter à la quincaillerie Thore une gazinière trois feux (45000Fr prévus, dont un acompe de 35000Fr versé le 27 février puis 8000Fr le 5 avril et un solde de 7440Fr réglé le 28 avril) qui prendra place à droite de la grosse cheminée de la cuisine. Plus besoin de faire du feu été comme hiver pour cuisiner.

Le charbon et les fagots sont achetés aux établissements Thomas à Longuyon. Des prévisions sont établies dans le carnet de gains n°47 en septembre. Ainsi une commande de 100kg de briquettes, 100kg de boulets et 2 petits fagots sera réglée le 30 novembre pour un montant de 5040Fr. On peut aussi voir une dette charbon de 5040Fr réglée le 27 octobre et une autre de 5090Fr réglée le 9 janvier puis 1900Fr le 28 janvier 1961. La mairie nous aide également en nous donnant par exemple 400kg de charbon le 13 février, ma mère notant une pièce (pourboire) de 60Fr pour le livreur.

On peut aussi lire dans ce carnet n°47 une commande de 500kg de patates au Familo à 23Fr le kg, soit 11500Fr. Cette somme sera réglée en trois mensualités: 4000Fr le 27 octobre, 5000Fr le 26 novembre et enfin 2500Fr le 28 décembre. Je suppose que c'était la quantité nécessaire pour toute une année pour 4 personnes.

Les patates étaient stockées au rez-de-chaussée dans une petite pièce borgne au plafond assez bas, située sous la cuisine et au sol en terre battue, où nous entreposions également le charbon et le bois (fagots, cagettes). Dans son prolongement une seconde petite pièce, attenante à la première et comportant une petite lucarne donnant sur la rue, servait de débarras (bois) et donnait accès à une fosse septique surmontée de toilettes sommaires.

Les consultations (700Fr l'une) et visites à domicile (900Fr l'une) du Dr Giacalone sont parfois payées au bout de plusieurs mois: 4735Fr le 31 janvier 1961 pour le second semestre 1960. Sur le carnet de gains n°52 figure le montant à régler pour les consultations et visites entre décembre 1960 et juin 1961: 8100Fr payés le 17 juillet.

Ma mère note régulièrement le reste d'argent (15800Fr le 26 octobre) et les aides diverses (pension U.N.I.R.S. de 11000Fr le 29 octobre et le 24 novembre - 7ème versement puis 11000Fr le 6 janvier et 10000Fr le 8 février, ou encore aide apportée par Mme Vaugin, l'assistante sociale de l'usine de mon père: 10000Fr le 15 décembre - 8ème versement de l'année puis 10000Fr le 5 janvier).

Les allocations familiales augmentent de 450Fr le 28 janvier, soit probablement environ 25000Fr mensuels. Une première fraction de la bourse de 10800Fr est versée le 30 janvier. Le 11 février est versée une somme de 12000Fr au titre des pupilles pour l'achat de vêtements aux enfants. Le 18 février ma mère reçoit un rappel de pension U.N.I.R.S. de 130363Fr et  place 50000Fr sur son livret de Caisse d'Epargne le 20 février. Elle envoie un mandat de 3085Fr à son jeune frère Dédé alors engagé dans l'armée de l'Air à Saintes.

Ma mère ne fait pas que noter ses gains et dépenses. Elle écrit là où il faut pour demander des aides ou réclamer son dû, comme les dommages de guerre (carnet n°47 en août). En effet la maison de ma grand-mère Lesquoy avait subi des dégradations et ma mère commencera, comme ses deux beaux-frères Charles Velter et André Lesquoy, à toucher de l'argent début 1962.

Le mercredi 28 décembre il est indiqué "jouets usine" car nous étions invités à un arbre de Noël du côté de Longwy. Le 3 janvier la famille Grandjean a versé des étrennes de 3900Fr et nous a aussi offert des jouets. Je ne sais plus si c'est cette année ou fin 1961 que mes deux frères et moi avons reçu chacun un superbe coffret Dinky Toys comportant la Simca Chambord et la caravane. Que je regrette de ne plus les avoir! En cette rentrée 1960, après avoir fréquenté le centre aéré du 18 juillet au 3 septembre (comme noté dans le carnet n°47), je viens de franchir les portes du Cours préparatoire avec l'instituteur M. Michel. Voici la photo de ce qu'il reste de notre maison fin 1982.

 

img908 - Copie

img763

img764

img765

img766

img767

img768

img769

img770

img771

img772

img773

img782

img783

img784

img785

img788

img789

img790

img791

img793

img794

img795

img796

img797

img798

img799

Publicité
Publicité
Commentaires
Archives
Publicité
Le vieux palmeur
Derniers commentaires
Publicité