Ce mardi matin 18 octobre 2022, j'ai lu et scanné les carnets 36, 37 et 38 des comptes de ma mère en écoutant "Aimer", le dernier album de Serge Lama, magnifique artiste que j'ai découvert dans ma jeunesse et dont je suis resté amoureux, même si je n'ai pas suivi l'ensemble de sa carrière.

Le carnet n°36 débute le 29 octobre 1955 (et non le 29 août comme indiqué par erreur de ma part sur la couverture) et se termine le 24 février 1956. Ma mère y consigne toujours les dépenses quotidiennes ainsi que le réglement des "ardoises" au Familistère, au moment où sont versées les allocations familiales (10 novembre) notamment.

J'ai réalisé, en lisant ce carnet, qu'y figuraient désormais des sommes importantes prélevées sur la paie de mon père à son profit (notées "J.J."). Je me suis souvenu que ma mère racontait avoir un jour découvert dans la poche d'une veste de mon père crayons et gomme, de quoi modifier à son insu le salaire perçu de l'usine Lorraine-Escaut. Elle ne recevait donc que ce que mon père voulait bien lui donner. Je suppose donc qu'à compter de ce mois d'octobre 1955 ma mère a été mise au courant des prélèvements effectués par son époux. Sur cette période ces ponctions se montent quand même à 8600 fr.

Fin novembre 1955, ma mère a réglé 6320 fr à l'hôpital de Laxou où mon père a effectué une cure de désintoxication. Le 16 février 1956 c'était la fête foraine (Sainte-Agathe) à Longuyon : 250fr en autos tamponneuses et nougat!

Petite anecdote relevée dans le journal de ma mère: le 11 novembre 1955, mon frère René, six ans et demi, a avalé une pièce de 1 fr... qui est ressortie par les voies naturelles quelque temps plus tard! A cette même période, mon autre frère Jean-Pierre, huit ans et demi, se passionne de plus en plus pour les trains qu'il va observer depuis la passerelle SNCF toute proche de notre domicile et qu'il commencera à dessiner avec passion.

img557

img602

img737

img746

img747

img756

img757

img758

img759

img760

img761

img762

img763

img764

img765

img766

img767

img768