Voici dix nouvelles pages du journal que ma mère tenait quasi-quotidiennement à cette période sa vie, dans sa quarante troisième année, sur un coin de table de la cuisine du 16 rue Albert Lebrun à Longuyon, où nous vivions tous les quatre avec mes deux frères Jean-Pierre et René, de sept et cinq ans mes aînés respectivement. La fête de Sainte-Agathe était encore une fois gâchée par la neige et le froid mais René et moi allions quand même aider les forains (MM. Scemama et Mazure) histoire de gagner quatre sous. Ma mère arpentait les rues de Longuyon pour faire des ménages chez des personnes âgées et à la station de téléphone (S.A.T.) de la route de Sorbey, jusqu'à sept heures dans la même journée.

Mon frère René n'était pas toujours réveillé pour aller bosser à l'usine mais se payait le concert de Johnny Halliday à Villerupt le 22 février. Le 2 mars, il partait effectuer son service militaire à Etain mais saisissait chaque occasion de se sauver de la caserne pour rentrer à la maison, histoire de retrouver les copains... et accessoirement de faire enrager notre mère. Qui, elle, se dépensait sans compter pour faire bouillir la marmite au moindre coût, encaissant aussi les mauvais coups quand une allocation était refusée ou réduite ou quand un emploi était perdu. Mais le 18 mars nous n'étions pas peu fiers de recevoir notre premier réfrigérateur! Nous allions enfin pouvoir conserver au mieux nos victuailles.

Moi, je bossais pour préparer mon B.E.P.C. mais aussi pour avoir de bonnes notes avant de rentrer au lycée de Longwy. Je grattais un peu d'argent en aidant ponctuellement forains ou commerçants (M. Lalouette au marché le vendredi vers midi ou encore M. Van de Woestyne, mon prof' de français dont l'épouse tenait le magasin "Toutissus"). Début mai, je passais le brevet blanc : 330 points sur 400!

img605

img606

img607

img608

img609

img610

img611

img612

img613

img615