Cet automne qui ressemble davantage au printemps, si ce ne sont les superbes couleurs dont se parent les arbres, incite le vieux motard que je suis à sortir tous les jours, mais mes passions multiples, l'état de mes lombaires et le prix du sans plomb 98 m'amènent en ce moment à me limiter à deux virées par semaine. Alors, si le samedi après-midi avait été consacré à la taille de ma haie, la journée d'hier a débuté par trois bornes à la piscine entre 9h10 et 10h. Et, sur le coup de 15h, j'ai enfilé la combi et les bottes Alpinestar et, casqué et ganté, j'ai enfourché mon petit roadster pour une balade totalement improvisée. Parti de Jarny vers Friauville, j'ai bifurqué à la sortie d'Allamont vers Villers-sous-Pareid puis Parfondrupt, deux villages où je n'avais jamais mis les bottes, pour me retrouver par hasard à Saint-Jean-les-Buzy. J'ai alors mis le cap sur Etain pour m'orienter ensuite vers Braquis, Ville-en-Woëvre puis Fresnes-en-Woëvre. J'ai choisi de traverser Bonzée puis Mont Villers et Mesnil-sous-les-Côtes. Je me suis retrouvé sur la tranchée de Calonne, longue ligne droite parfois cabossée de plus de 15km en forêt qui mène à Hattonchâtel, repère de motards du dimanche, où je n'ai fait qu'un petit tour avant de rejoindre Vigneulles. Plutôt que d'aller au Montsec comme souvent, j'ai choisi de pousser jusqu'à Saint-Mihiel par Creüe et Chaillon. Premier arrêt devant l'église Saint-Michel et le monument aux morts... et premières photos. J'ai repris la route vers Apremont-la-Forêt et Nancy puis ai pris la direction de Woinville. Deuxième pause photos à la fontaine des Carmes, endroit empli de sérénité et baigné d'une belle lumière. De Woinville j'ai rejoint la butte de Montsec, autre endroit très couru le dimanche par les touristes à deux, trois ou quatre roues. J'ai opté ensuite pour la jolie route qui mène à Richecourt puis Saint-Baussant et Essey-et-Maizerais, avant de rejoindre Nonsard et les rives du lac de Madine. Là encore, pas mal de bécanes vers17h30 mais aucun motard autre que moi pour apprécier, au bord de l'eau, le coucher de soleil jusqu'à 18h30. Je suis finalement rentré entre chien et loup par Saint-Benoît-en-Woëvre, Dampvitoux et Chambley, roulant parfois presque au milieu de la route dans les zones boisées afin d'anticiper au mieux la traversée inopinée d'un cervidé ou d'un sanglier. Au final, plus de trois heures en solitaire et 155 bornes sur les routes du 55 et du 54, à des vitesses disons "adaptées au trafic et à l'état des routes"... Mais je n'en dirai pas davantage! Quant à mes photos, elles ont été réalisées avec mon smartphone Sony ou avec mon bridge Canon.

DSC_0002_9

DSC_0003_9

DSC_0004_7

DSC_0005_10

DSC_0009_7

DSC_0015_8

DSC_0018_5

DSC_0021_6

IMG_0004

 

DSC_0027_1

DSC_0031_2

DSC_0033

DSC_0036_1

DSC_0038

DSC_0045

DSC_0051

DSC_0057

IMG_0017

IMG_0033

IMG_0036

IMG_0047

IMG_0069

IMG_0081

IMG_0092

DSC_0052

DSC_0058

DSC_0060

IMG_0018

IMG_0083